«

»

mai 21

Imprimer ceci Article

Astuce pour limiter la durée d’une crise : l’enroulement

Retour d’une table ronde lors du Neurob de Dunkerque : l’enroulementindex

Depuis longtemps je devais parler de ce point… enfin j’y pense.

Lors du 1er Neurob lors du Neurofestival de Dunkerque en juin 2015 organisé par l’association Injeno, il y avait des tables rondes avec des neurologues réputés. J’ai eu l’honneur d’en animer une avec l’excellent Professeur Stéphane AUVIN sur le régime cétogène, mais il y avait aussi beaucoup d’autres conférences de qualité avec des docteurs très expérimentés.

Et notamment, j’ai eu la chance d’assister a une table ronde sur « l’épilepsie et le développement cognitif de l’enfant » avec le dynamique et très pédagogue Professeur Louis Vallée de l’hôpital universitaire Salengro de Lille. A la table ronde, il y avait plusieurs docteurs et notamment une docteur de Lille (qui était accompagnée d’un collègue docteur de son équipe)  qui s’occupe d’un centre pour enfants épileptiques réfractaires aux médicaments malheureusement très atteint par leur maladie. Son intervention m’a beaucoup marquée, et je souhaite vous faire partager son expérience qui devrait vous intéresser.

J’ai été très surprise de ce qu’elle nous a dit : son équipe et elle, ont remarqué que les enfants épileptiques du centre avaient des convulsions plus courtes quand ils étaient « enroulés ». Ils reprenaient plus rapidement « conscience » de leur corps et qu’il y avait donc une diminution de la durée de convulsion. Elle nous a montré quelques enfants « enroulés » en photo pour mieux comprendre. L’enfant – pas un bébé – était posé dans une sorte de  « hamac » vertical, il était tenu mais sans être serré. Il y avait ensuite les explications sur les types d’exercices pour le développement cognitifs de ces enfants.

Elle expliquait au public que l’astuce de « l’enroulement » était finalement l’application d’un instinct naturel, protéger son petit.  Essayons d’être claire. Naturellement un parent devant son enfant qui convulse voudra l’entourer de ses bras pendant sa crise sans lui faire de mal, et lui parler doucement avec amour en le caressant pour lui faire reprendre contact. Elle a expliqué que cet instinct était ce qu’il fallait faire. Qu’il fallait entourer son enfant, lui parler doucement ou chanter une berceuse et le caresser notamment les bras et ses jambes repliées sur lui même.  Que c’était la bonne attitude à avoir.

Le public de la salle était surpris… moi la première. Pourtant personne n’a mis en doute ce docteur qui a une grande expérience et qui est soutenue par le Professeur Vallée. Depuis j’applique moi-même cette astuce depuis un an sur mon enfant. En convulsion, l’enfant est mis sur le côté. Je repose ses bras sur son ventre et les jambes pliée « en boule ». Je parle tout en caressant ses bras et jambes et je trouve qu’effectivement cela aide à reprendre plus vite « conscience ». Bien entendu cela n’empêche pas d’être vigilant et de compter la durée de la convulsion pour pouvoir agir si besoin.

Lien Permanent pour cet article : http://www.regimecetogene.com/news/astuce-pour-limiter-la-duree-dune-crise-lenroulement