«

»

nov 01

Imprimer ceci Article

Le mental

1 – Gardez toujours le sourire et soyez optimiste pour votre enfant :

sourire

Soyez persuadé que ce régime n’est pas une punition, c’est une chance pour votre enfant !

Le délai d’apparition des effets du régime est plutôt rapide, pour beaucoup les résultats apparaissent en quelques jours (5 jours), 75% des enfants répondeurs le sont sous 15 jours et 90% des répondeurs le sont sous 1 mois de régime.
Les neuropédiatres s’accordent 2 à 3 mois de régime, pour être sur que le régime ne fonctionne pas, ils en évaluent l’effet par l’examen clinique (= observe t-on des améliorations ?) confirmé par un examen l’EEG. Pour information, sur une interview, une maman explique que les effets du régime sont arrivés d’un coup au bout de 6 mois de régime !
Donc parents : pendant ces 2/3 mois pas de triche, pas d’écart, on respecte à la lettre le régime 4/1 ou 3/1 ou autre donné par le neuropédiatre même si c’est dur pour donner toutes les chances à votre ange, et on garde le sourire, en priant intérieurement que le régime marche.

Et si le régime marche :

1- vous avez de la chance que le régime marche pour votre enfant
2 – sachez que la santé de votre enfant peut encore s’améliorer avec les mois à venir !

 ******

2 – Présentez favorablement le régime

think, do, be positive

Une réplique d’une maman lors d’un séjour à l’hôpital m’a glacée…
Elle disait en parlant du régime, qu’elle avait fait suivre à son enfant par 2 fois malheureusement sans effet, que son enfant « mangeait de la merde » !  Elle se plaignait de devoir faire manger son enfant « de force », que « c’était horrible ».
Ce régime m’a semblé de prime abord tellement difficile et négatif… j’avais peur de devoir le faire à mon enfant, que cela nous « tombe » dessus.

Et pourtant RIEN DE TOUT CELA !!!

et votre diététicienne est là pour vous l’expliquer !

Il faut présenter favorablement le régime, donner la nourriture de façon toujours positive, avec le sourire. Vous n’empoisonnez pas votre enfant mais vous contribuez à le soigner, et quand on voit les effets : on ne peut qu’être motivé. Il faut en parler en famille, expliquer à son enfant, aux frères et sœurs, tata et tonton qui ne doivent pas dire « le ou la pauvre » !

Donc c’est vrai avec le régime pas de bonbons ni de pain blanc…. mais c’est oui pour lui seul le sirop 0% à table, oui pour le pain Energus 10, oui pour lui seul les framboises fraîches ou les myrtilles fraîches…

Franchement quand on se donne un minimum la peine, on peut faire de bons petits plats, et même rendre cétogène le simple repas de famille sans devoir tout révolutionner à la maison. Il y a pleins de petits trucs qui facilitent la vie.

Bien entendu il y a des mamans formidables qui concoctent des recettes cétogènes spécifiques (voir « Recettes cétogènes » et « Recettes cétogènes bis »). Mais pour la maman de base – comme moi qui n’a pas trop le temps ni de diplôme de « Masterchef » – : avec le menu type de la diététicienne (une petite photocopie réduite sous plastique) et une petite balance à côté de son assiette, il suffit de prendre les aliments autorisés du repas équilibré de famille et de rajouter de la mayonnaise ou du beurre, et pour le dessert on décongèle les bons fruits autorisés du congélateur et on sert la crème fraîche comme un yaourt avec du sirop 0% (en plus ça fait 2 desserts, ils en ont de la chance !). Et à la fin du repas, on peut même donner le mini bout de chocolat noir (1/2 cm²) qui fait bien plaisir (ohhh la chance !).

Pour preuve qu’on y arrive, on peut aller en famille au restaurant et réussir à donner un repas cétogène, et même réussir à aller au Mac Do (bon… ok, il faut quand même être sur de soi pour ces 2 derniers cas, donc on dira plutôt au bout de 4/5 mois).

 THINK , DO , BE POSITIVE !

******

 

3 – Son privilège exclusif à table : son « apéro »

verre de siropSi vous avez plusieurs enfants à table et qu’un seul est sous régime, privilégiez-le en l’autorisant seul à boire un « apéro » au sirop 0% et pire avec une paille (mais là ça risque d’être la grosse jalousie avec les autres enfants) .

Expliquez aux autres que c’est son petit privilège à lui, quitte à le répéter encore et encore, et tenez bon même au bout de plusieurs mois ou année (si !). Votre enfant se sentira valorisé et pas puni par le régime, et acceptera mieux d’être privé de pain à table, de pâtes ou autres desserts. VÉRIDIQUE !!!

Justement un point : expliquez encore et encore à votre enfant que le régime ce n’est pas une punition, c’est comme son médicament pour ne pas aller à l’hôpital, pour être bien pour aller à l’école avec les autres etc… Il finira par comprendre à force.

Et aussi, quand vraiment ce sera trop dur pour lui, devant ce tas de sucettes et bonbons que tous mangent à un anniversaire devant son nez, ou ces gros morceaux de chocolats que d’autres mangent sans vergogne devant son nez, pensez à l’éloigner et lui dire que quand il sera guéri il en aura droit comme ça (avec les mains qui font une montagne d’un m3 dans les airs). Vous verrez son regard réjoui et il se dira oui plus tard quand je serai guéri j’en aurai comme ça… Puis, déviez la conversation, un enfant perd vite le fil de sa pensée.

Faites de votre mieux mais avec le sourire, et n’oubliez pas, ne jamais dire LE PAUVRE  ou LA PAUVRE, car il ou elle a de la chance si le régime fonctionne !!!

*****

4 – Des quantités trop faibles ?

petite ou grande assietteAu début d’un régime, votre enfant – je parle pour les plus grands – peut être mécontent en trouvant une assiette avec des petites quantités. N’oubliez pas que l’on simule un jeûne et qu’avec tout le gras dans l’assiette il y a suffisamment de calorie.
A savoir aussi qu’avec le temps l’estomac de votre enfant va s’habituer à manger de plus petites quantités. (Pour rassurer une maman environ 2 à 3 semaines pour que le corps s’habitue aux quantités plus faibles)

Cependant,  le mental dans le régime est fondamental…

 

Petits trucs en vrac  :

  1. utilisez des plus petites assiettes (même quantité sur la photo), des petits bols, l’impression de volume du contenu est visuellement meilleur, petites fourchettes etc…
  2. Une assiette décorée avec des « vagues » de mayonnaise est plus appétissante qu’en vrac. De même que des jolis gâteaux dans des moules Hello Kitty ou Schtroumph vraiment « meilleurs » que les mêmes dans un moule normal.
  3. Utilisez la couleur, les tomates cerises apportent de la couleur rouge à une assiette, les épinards du vert, les framboises du rose foncé…

Mais si vous voulez l’aider au début en respectant bien entendu le régime de votre diététicienne à la lettre pour faire plus en quantité : privilégiez les légumes et fruits suivants dont on peut manger en plus grande quantité, et privilégiez aussi de temps en temps des saucisses (dont on a droit plus en quantité que la viande maigre).

pour les entrées : avocat, asperges, concombres

pour les légumes d’accompagnementschoucroute, épinards, champignons, brocolis, choux-fleur

pour les desserts: séparer les desserts dans 2 bols, ça semble faire plus !

  • Comme la crème fraîche dans un petit bol d’un côté avec du sirop 0% (ou de la sauce spéciale Walden Farms)
  • les fruits : framboises ou fraises (18g pour un gramme de glucide). Il est possible pour faire encore une plus grosse quantité de dessert de faire de la compote de rhubarbe (100g pour un gramme de glucide) mais ça demande de la préparation (avec beaucoup de faux sucre sinon c’est acide). Le mieux ? une belle grosse compote de rhubarbe avec quelques framboises mélangées pour cacher l’amertume du faux sucre. A mettre après pesée dans des pots qui ferment (pots de yaourts maison ou pot de bébé en verre). Il existe depuis peu chez DUKAN une compote déjà faite à la rhubarbe, qui peut bien dépanner quand on est à l’extérieur.
  • Il est possible aussi de faire des glaces au sirop 0%, ça fait un dessert en plus (le 3ème !!!) , à réserver plutôt en été ou lors des occasions festives. D’ailleurs, lors des fêtes d’anniversaire, fabriquez des glaces pour tous les enfants, votre enfant sera fier pour cette occasion spéciale de partager ses glaces (« elles sont bonnes mes glaces hein ??? » dit avec un grand sourire). Bon, il y a aussi la glace style Hägen Dazs mais bon, elle est très calorique, il faut faire la faire et il y a un peu de travail, et il faut calculer pour le régime.

*****

5 – La tétine ?

tétineLe papa d’une enfant très lourdement handicapée (sans aucune communication) et depuis deux ans sous régime cétogène a fait une réflexion assez amère. Je pense qu’elle doit être partagée sur ce site. Il regrettait amèrement d’avoir arrêté sur les conseils des docteurs la tétine pour son enfant qui était alors âgé de 8 ans. Tout partait d’une bonne intention, le docteur espérait pouvoir obtenir un mieux pour améliorer la déglutition de l’enfant.

Or non seulement la déglutition n’a pas été spécialement améliorée mais la tétine qui « calmait » son enfant a eu un impact social très fort sur lui et sa famille. L’effet pervers a été que les cris terribles de son enfant ne pouvaient plus être maîtrisé en société et la famille ne peut plus se promener sans avoir l’angoisse d’une crise avec de nombreux regards des passants. L’enfant qui a aujourd’hui 10 ans refuse toujours de reprendre la tétine (recrache).

Une célèbre neuropédiatre a qui j’avais demandé son avis pour le cas de mon propre enfant en début de mise sous régime était prête à me faire « une ordonnance pour le maintien de sa tétine ». Elle m’avait assuré que c’était loin d’être une priorité pour un enfant avec une maladie rare, et qu’il fallait mieux lui laisser si l’enfant en retirait un quelconque bénéfice. Elle avait raison.

 Socialement, nous sommes bassiné sur l’arrêt de la tétine, sur la déglutition, mais pour des enfants en pleine santé. Attention faites la part des choses avant de décider d’arrêter la tétine, notamment quand votre enfant va mal et que cette tétine lui donne le peu de réconfort capable de le calmer…

Lien Permanent pour cet article : http://www.regimecetogene.com/bonnes-idees/le-mental